lundi 30 juillet 2012

Résultat du concours des éditions Limonade....

Les résultats viennent de tomber (ils sont très matinaux chez Limonade, ça m'aura évité de stresser toute la journée!!!), et j'en suis pour l'Inde! Youpi! 
Je vous laisse suivre ce lien pour découvrir l'ensemble des autres illustrations du projet :
http://www.editions-limonade.com/2012/07/resultats-du-projet-collectif.html


Très bonne nouvelle pour moi donc, et ceci va me permettre de vous montrer des choses un peu plus récentes, avec notamment mes 7 autres propositions non retenues! (j'avais mis le paquet!).


Le lundi au soleil....

vendredi 27 juillet 2012

Le Ballon Bleu

Les vacances arrivent à grands pas pour ma part!

En cette période estivale, voici un petit texte pour voyager, écrit il y a quelques années déjà dans le cadre d'un atelier d'écriture animé alors par Michèle Souchet-Gavel (elle a depuis participé à cet ouvrage http://associationzyggy.free.fr/EditionsRueNantaise/articles.php?lng=fr&pg=277
dont je vous recommande la lecture au passage!)


Le ballon bleu

Toutes les classes attendaient les conditions idéales d’un grand vent depuis une éternité: trois longs jours interminables. Réunis dans la cour, les élèves lâchèrent enfin leur ballon au coup de sifflet du directeur. Des ballons noirs, blancs, bleus, rouges et jaunes, qui ballottés en tous sens investirent librement le ciel dans la plus grande anarchie. C'était vachement beau.

           Le mien était bleu. Il était gonflé d’hélium, moi d’espoir. Je l’ai protégé des lignes électriques en le dirigeant par télépathie avec les yeux. Un de ces super-pouvoirs que l'on a quand on est enfant et qui disparaît un jour sans prévenir... J'ai finalement perdu de vue mon ballon, mais il me semblait bien parti et j'étais fier de lui. Par contre, celui de Nicolas s’était pris dans un arbre juste à côté du garage tenu par son père. A peine 30 m, c'te honte ! Il se fit pas mal charrier, mais lui au moins, il n'aurait pas à attendre qu’on lui renvoie sa carte…

Durant les semaines qui ont suivi, on a reçu les premières par la poste. Le ballon de Laetitia battait tous les records: il avait été jusqu’à Strasbourg! On était tous dégoûtés.

Puis le temps passa, mes horizons s’élargirent. Je laissais mes sillons dans la poudreuse lors de notre classe de neige à Bachaboulou (dans les Alpes!), puis je me téléportais via le TGV à Lyon, après que ma classe eut gagné un concours organisé par la SNCF. A Pâques, j’accompagnais un copain à Châteauroux, j'y jouais au chevalier avec son grand-père et y appris le sens de la maladie d'Alzheïmer. Bref, je menais une vie vraiment trépidante.

Autant dire que j'avais oublié depuis bien longtemps ces ballons incapables d’aller plus loin que l’Alsace! Mais Monsieur Via, notre instituteur, nous sortit un beau matin une nouvelle carte de sa manche. Dessus, le numéro de Manu, mon meilleur pote, était inscrit. Son ballon était arrivé en Autriche!

ça changeait tout! L'Autriche ça sonnait rudement bien. D’ailleurs on était pas en guerre contre eux? Non? Bon dommage… Mais à cette grande nouvelle les Sans-carte reprirent espoir.

Le Maître fier de son petit effet, étala au tableau la mappemonde avec les différentes trajectoires des ballons retrouvés, et il y ajouta avec un marqueur celle d’Emmanuel. On imaginait nos petites montgolfières toujours en activité survolant des troupeaux de chevaux sauvages ou même de mammouths. Le plus dur restait encore de prononcer le nom de ces contrées lointaines, forcément barbares et exotiques.

- Et M’sieur? ça serait possible qu’on en retrouve un en Chine ?
- Oh oui sûrement…répondit Mr Via

Alors on a attendu.

...

Et depuis, j’attends toujours des nouvelles de mon ballon bleu.

J’attends ma carte.



dimanche 15 juillet 2012

Quelques bulles de plus...

Le concours des éditions limonades a été repoussé de 15 jours.
Du coup, je me suis donné un petit défi: faire 4 nouvelles propositions (accompagnées chacune de deux cabochons) dans ce court laps de temps.


Maintenant je croise les doigts et attend la proclamation des résultats... (sans doute courant Août).

En attendant 4 petits teasers!


mercredi 11 juillet 2012

La Dame Pipi


La Dame Pipi elle en voit passer des bonhommes et des bonnes femmes
Grands messieurs, ou ‘tites damoiselles on a tous besoin de faire po-pot
 
C’est pas très glorieux tout comme son métier, mais elle en retire une certaine fierté
La Dame Pipi est une fée du Logis, ça brille de partout, elle les vole pas ses sous
 
Tout est nickel, même son écuelle, faut dire qu’les ‘tites pièces n’y restent pas longtemps
Elles s’évaporent vers tous ceux d’la rue qui viennent lui d’mander un peu d’argent
 
Quand les flics débarquent pour l’interroger elle répond qu’balancer c’est pas son métier
Si l’un des poulets a l’envie pressante, elle le fait poireauter avec sa coulante  
 
Les uniformes c’est pas trop sont truc, elle les préfère quand ils sont tâchés
Elle jouait déjà ce tour aux allemands ce qui faisait bien marrer les résistants
 
Après les étoiles filantes, les sans papiers se sont installés chez la Dame Pipi
Elle laisse les clandestins squatter l’abri dès qu’ils en éprouvent le besoin 
 
Elle les papiers, elle les distribue mais malheureusement ce n’est que du PQ
 
Intermède musical A
 
La Dame Pipi reprend son tricot avec un cœur sur le pull très gros
 
Faut pas se fier aux odeurs, aux petits bruits, sa vie ne manque pas de pet-ripéties !
Elle a su conjuguer son métier avec ce joli mot : dignité

Intermède musical A

La Dame Pipi elle en voit passer des bonhommes et des bonnes femmes
Grands messieurs, ou ‘tite damoiselle on a tous besoin de faire po-pot
 
La dame pipi, la dame pipi, la dame pipi…
 
On lui dit bien merci… A la dame Pipi…

Voilà! Aujourd'hui c'était donc une petite chanson que l'on faisait au tout début du groupe (en 2005). La Dame Pipi a été réalisée en papier mâché. Ci-dessous je vous remets quelques photos pour ceux qui fantasment....